Courts métrages 20

Ce mail contient des images. Cliquer pour visualiser la page en ligne
Logo header3

En attendant (toujours) la réouverture…
au Cinéma Le Régent…, voici vos Courts… (encore) livrés à domicile !



Jusqu’au mercredi 07/04 /2021, découvrez, ou revoyez, en libre accès les courts métrages suivants et leurs liens :

"Hybrids"

Romain Thirion, Yohan Thireau, Kim Thailhades 
https://youtu.be/SpZbP9H_eNA
  
"In Love"


Alexis et Jérémie Lopez 
https://youtu.be/rYlY4638lGo

"Chroniques de la poisse : Pas de peau pour l’ours"


Osman Cerfon 
https://youtu.be/YmVMXyWt_jw  

Poursuivons L’Extra Court, livré à domicile...
Si vous n’avez pas eu l’occasion de les visionner…, voici 3 films voir ou revoir… ! Comme toujours, pour accompagner ces 3 courts métrages, sont proposées quelques informations cinématographiques pour chacun d’eux :

" Hybrids "

Lorsque la faune sous-marine doit s'adapter à une pollution environnante, c'est toute la chaîne alimentaire qui évolue...
Les réalisateurs, encore en apprentissage, de l'école MoPA présenté comme “l’école de la 3D” pour leurs époustouflants exercices visuels qui en émanent, sont souvent conduits  vers les sommets des festivals, sinon plus haut encore...
Hybrids, signé de quatre garçons et une fille, fait partie de ces films-phénomènes et se voit d’ores et déjà présélectionné à l’Oscar 2019 du court métrage d’animation après avoir écumé des manifestations de tous les continents – de la Corée du Sud à l’Ukraine, des États-Unis au Japon, en passant par les grands classiques européens (Annecy, Clermont-Ferrand, Bruxelles, Genève, Uppsala).
La grâce de son bestiaire inouï amène parfois même à douter qu’on ne se trouve pas devant des prises de vues réelles. Son message sous-jacent, éminemment écologique est peut-être, hélas, symboliquement visionnaire. Les effets en chaîne de la pollution galopante n’étant pas toujours très précisément mesurés par les “grands” de ce monde, on peut penser que l’équilibre naturel des chaînes alimentaires s’en trouverait possiblement perturbé... Les trouvailles visuelles de Hybrids pullulent et un vrai tempo de film à suspense emporte le spectateur, quel que soit son âge.


Quand les espèces animales fusionnent avec les déchets des océans...
"Hybrids", un film fantastique, écologique, d’une rare intensité, est en route pour les Oscars 2019 !

 
Un court métrage de Romain Thirion, Yohan Thireau, Kim Thailhades

°°°°°

" InLove "

Au cours d’une patrouille dans un pays du Moyen-Orient, une escouade d’une armée occidentale fait une halte dans le village d’Iqmarba…

Les rencontres amoureuses sur la Toile, à l'aide d'applications galantes telle que Tinder, souvent utilisées par une certaine jeunesse branchée et dans un milieu urbain, sont naturellement devenues un motif fréquent au cinéma, à l’image de la place qu’elles occupent au sein des sociétés post-modernes.
Avec beaucoup d’humour, les frères Lopez, Alexis et Jérémie détournent cette évidence, devenue presque un cliché. Ils déplacent cette recherche du ou de la partenaire idéal(e) en un lieu géographique et à l’intérieur d’une situation tous deux inattendus et incongrus.
Loin des rues et des bars de Paris, les jeunes gens consultant dans InLove les profils des célibataires des environs se trouvent dans une campagne reculée d’un pays en guerre, au Moyen-Orient. L’un est un militaire engagé au sein d’une force armée occidentale, l’autre une villageoise rêveuse dissimulée sous un voile intégral. Et chacun “flashe” sur l’autre, dans un contexte hostile et peu propice à roucouler – qui apporte à cette comédie son ton d’humour lumineux très grinçant -.
Parfaitement autodidacte, le fraternel tandem de réalisateurs a pu mettre le pied à l’étrier grâce à un documentaire réalisé dans le cadre d’un appel à concours. InLove est leur première réalisation de fiction, qui leur a valu de nombreuses sélections en festivals, notamment à l’étranger, avec un prix au Festival du film français d’Helvétie à Bienne.


Tinder en plein désert, ça marche ?...

Un court métrage de Alexis et Jérémie Lopez …

°°°°°
" Chroniques de la poisse : Pas de peau pour l’ours "
 
La Poisse est un homme avec une tête de poisson. De sa bouche s’échappent des bulles qui portent malheur. Lorsque l’une d’elle suit un personnage, le sort s’acharne sur lui…
Osman Cerfon est un auteur de BD contrarié : les planches de ses Chroniques de la poisse ont été refusées par plusieurs éditeurs. Las, il les adapte en animation durant un séjour de formation à La Poudrière de Valence, école de cinéma de formation supérieure à la réalisation de films d’animation. Mais l’élève, qui apparaît ici comme le fils spirituel du dessinateur Crumb et du réalisateur Roy Anderson (quelle ascendance !), se révèle doué : son humour est d’un noir aussi profond que son acuité visuelle sur le monde qui nous entoure est lumineuse. Car tout passe à la moulinette : le racisme, les vieux, les scouts, les ponts aériens, et la bêtise humaine dans son ensemble. Le trait est acéré et les couleurs crues, l’animation est minimaliste, faussement bâclée et bancale.

Dans ce drame social, ce récit trash et drôle, il y a une forme de désespérance sournoise qui reste, finalement, en mémoire.


Ce petit bijou à l’humour noir a été sélectionné à maints festivals et a obtenu 12 prix.

Un court métrage de Osman Cerfon …



°°°°°
Bon visionnage,
Prenez soin de vous !



 
 
Bonne semaine à bientôt l'équipe du Régent
Retrouvez tous nos films sur http://www.cinemaleregent.com

Vous recevez ce mail parce que vous êtes abonné à " ".

Powered by AcyMailing